Les fictions TdF comme accélérateur créatif

L’orateur avait la capacité de décrire des situations, d’engager, de faire comprendre. Puis l’écrivain, et notamment le romancier, réussit à partager des histoires, des univers entiers, et donc des concepts, des théories et des idéologies. Aujourd’hui, de nouveaux métiers s’expérimentent, et bien sûr nous manquons de mot pour en parler. S’appuyant sur la data-visualisation, la gamification, la curation de connaissances, et le storytelling, des pionniers jettent les bases d’une nouvelle forme de narration qu’ils testent et développent en même temps. Ces méta-techniques permettent de rendre compte de problèmes complexes à des collectifs, de les mettre en forme, de les partager, de mieux en parler ensemble, et surtout, elles engendrent intrinsèquement le passage à l’action.

Les fictions participent à assouplir nos imaginaires, à nous projeter, à faciliter la création. Plusieurs fictions sont proposées :

[fiction N°1] Google Mobility Service, la mobilité vue par Google

[fiction N°2] L’avenir de l’énergie dans les transports, vu par Amazon

[fiction N°3] La surveillance structure nos pratiques de mobilité

[fiction N°4] l’Alliance des Glass et des cybercars avait tout changé

[fiction N°5] En 2050, nous serons heureux.

[fiction N°6] La Poste ne livre plus, c’est Google qui le fait.

[fiction N°7] La plateformisation a commencé.

[fiction N°8] Un jour d’Avril 2024, à Paris.

[fiction N°9] La journée d’Hubert dans les transports publics bruxellois.

[fiction N°10] Puis viendra l’Ubérisation d’Uber (Partie 1) et Partie 2.

[fiction N°11] Les Traceurs.

[fiction N°12] Moovel réinvente les transports publics

Quelles sont les vôtres ?