[Fiction N°5] En 2050, nous serons heureux.

"Vas-y, rajoute une bûche" demande Amandine. Le poële à bois hydraulique s'anime une fois par semaine pour chauffer les 2000 litres des ballons de stockage et fournir chaleur, eau chaude et quelques watts d'électricité pour les serveurs domestiques.

Ce mois de décembre 2050 est particulièrement froid, nous avions réussi à faire mentir les prévisions du GIEC. Nés en 2013, Amandine et Mathieu prennent quelques instants et regardent avec une certaine nostalgie les écrans et les hologrammes de leurs archives numériques récemment stockées sur le serveur domestique local. Cette victoire n'était pas gagnée d'avance, songe Mathieu. Dire que c'était son sujet de thèse de Philosophie en 2033 : "L'accès et la gestion de ses données personnelles peut-elle modifier la structure des collectifs humains ?". Pourtant, la P2P virtual Assembly, dont la P2P foundation avait jeté les bases, avait réussi à faire plier tous les géants marchands du web, les données personnelles ont bien été répliquées sur des serveurs domestiques, locaux, communautaires ou municipaux. Les données reviennent à ceux qui les produisent, permettant de construire une multitude de services citoyens, et surtout de pouvoir développer des algorithmes en autonomie. Ce sujet philosophique et juridique le passionnait. Pour Amandine, cela allait avoir aussi des conséquences énormes, elle le ressentait et en était persuadée.

Ensemble, ils observent les prodigieuses avancées que cette génération a accompli. Ils n'ont pas choisi d'arriver à ce moment de l'histoire humaine, pourtant ils se sont révélés être à la hauteur, malgré les doutes de leurs parents. Après les erreurs de jeunesse, de "bébé" même des années 2010-2020, les mutations engendrés par le numérique sont entrées dans la phase d'adolescence. Plus rapides, plus brutables, plus risquées, elles ont poursuivi en s'amplifiant les bouleversements de secteurs entiers. Heureusement, les bases théoriques des pionniers se sont révélées indispensables pour maîtriser les risques et profiter des formidables opportunités offertes par les communautés Pair à Pair. Maintenant, en 2050, ceci s'apprend à l'école : "Après la tradition orale, l'écriture a fait jaillir plusieurs civilisations, la démocratie, les religions, les lois mais également de nouvelles règles pour permettre à des collectifs humains de vivre ensemble, de gérer des problèmes plus difficiles. Puis le livre, permettant de répliquer à l'infini des concepts, des procédures, a hissé la complexité de nos sociétés, donnant naissance à des acteurs marchands multinationaux, des institutions mondiales, capables d'envoyer des humains sur la lune, ou de construire des systèmes énergétiques à l'échelle du globe. Ces deux premières étapes se sont déroulées sur des siècles, ont également essuyé des conflits et permis de développer la culture, mais elles se sont révélées peu adaptées quand le changement est devenu la norme, quand l'interdépendance et les effets rebonds dominent les phénomènes, quand l'instabilité est la seule chose qui reste. La troisième étape est arrivée à la fin du XXème siècle, et a balbutié au début des années 2000 partant un peu dans toutes les directions".

Beaucoup de prévisions se sont avérées justes sur les transformations techniques et physiques de notre environnement, pour le meilleur et pour le pire. Le numérique a pénétré tous les domaines, tous les champs marchands, et ils ont tous été modifiés. Quand le numérique arrive dans un domaine, dès qu'il trouve un modèle, il bouscule tous les acteurs en place, publics et privés. Mais très peu de personnes avaient imaginé les conséquences sur nous-mêmes, sur nos structures collectives, et donc nos capacités individuelles à faire civilisation. Mathieu et Amandine en parlent souvent avec leurs parents qui ont un peu de mal à comprendre tant la structure mentale de la société des années 2010 était différente. Les concepts majeurs qui fondaient la société comme la possession, la notion de richesse et de monnaies (lire l'article sur les monnaies et l'innovation), le travail (gagner sa vie), l'alimentation, la notion d'ami ou de connaissance, l'autorité et le pouvoir, ont tous changé en profondeur en quelques décennies. Rien n'avait préparé Amandine et Mathieu à cela, pourtant comme beaucoup de leur génération, ils ont dès leur jeune âge compris que le numérique leur permettait non seulement de faire autrement, mais surtout d'être autrement. Le numérique est bien la matrice ontophanique qui leur permet de voir le monde, cela s'étudie aussi à l'école (lire l'article sur la MétaNote 17 La révolution numérique).

Mathieu est relié à de nombreux réseaux travaillant sur les principes d'émergence de la conscience d'un collectif. Allant de la recherche fondamentale sur des collectifs extrêmement entraînés, à des observations en neurosciences de groupes, il préfère surtout appliquer cela pour améliorer la vie quotidienne des citoyens dans tous les domaines, notamment les transports (lire l'article les nouveaux dispositifs d'intelligences collectives). Dès les années 2035, nous étions capables de faire jaillir d'un collectif humain, un village par exemple, mais également de toute autre communauté d'intérêt, une conscience du tout en complément des individualités qui le composent. Cette propriété permet au groupe, entre pair, de s'auto-organiser très rapidement, sans structure de commandement mais avec des leaderships variables, temporaires. Cela aussi maintenant s'apprend à l'école ou plutôt se pratique intégralement dans les esprits mais également dans le corps. Mathieu travaille précisement sur l'analyse des modifications profondes qu'engendre l'émergence du pair à pair au niveau de l'individu, de la perception qu'il a des autres et de lui-même, pour repenser complètement nos méthodes d'enseignements et de formations. Il traite plus particulièrement de ces sujets philosophiques (écouter les émissions de France Culture sur la philosophie des réseaux) avec une spécialité dans l'application concrète sur des collectifs qui souhaitent modifier leur modes d'organisation, de fonctionnement ou de création. Et c'est lors d'un atelier créatif à Bruxelles qu'il a rencontré Amandine.

Convaincue que l'action, la réalisation, la création permet avant tout de former les esprits, Amandine se forme en permanence à la fois aux dernières techniques, mais également aux dernières méthodes de conception agile en grand nombre. A la croisée des MOOC, des hackatons et des MMOG, utilisant des Fablabs municipaux, Amandine est leader d'un groupe travaillant sur la production locale de micro-voiture, sur la base de Massive Open Online Design, dont Open Source Ecology était l'ancêtre. Personne n'a hésité une seconde, Amandine était le leader naturel pour ce projet. Puissance, détermination, énergie, créativité, elle déteste les détails et ne souhaite qu'une chose : changer le monde. Elle amène dans son sillage plus de 500 Fablabs répartis en Europe et en Afrique du Nord. Ces usines locales répondent aux besoins des citoyens, des collectivités et des entreprises; elles utilisent essentiellement des matériaux issus des véhicules anciens. Ces véhicules ultra-légers sont conçus simultanément avec les services de mobilités qui les exploitent (lire la liste des projets existants en 2013 dans ce domaine). Pour cela, Amandine demande un peu d'aide à Mathieu quand il s'agit d'analyser les usages et les besoins d'un territoire, d'un quartier ou d'une entreprise (lire l'article sur les changements de comportements).

Les serveurs domestiques ont répliqué la nuit dernière une partie des plans des véhicules et des machines pour les fabriquer mais également les guides, et procédures. Très tôt le cloud computing a eu des limites, et des réseaux de pair à pair non marchand sont apparus, ouvrant de nouveaux champs juridiques en matière de propriété des données. Le père de Mathieu avait été un des acteurs clés de la P2P Virtual Assembly ayant conduit à obliger les propriétaires des plateformes numériques comme Google, Amazon ou encore EBay à fournir aux propriétaires une copie des données et également d'indiquer comment elles étaient utilisées. En conséquence, chaque citoyen a eu besoin de stocker ou faire stocker ses données dans un coffre fort numérique. Amandine et Mathieu ont choisi d'investir, et de louer à leurs voisins une capacité locale. La P2P Virtual Assembly était apparue un peu avant. Elle incarnait, représentait et défendait ce troisième mode d'action collective, après l'Etat et l'entreprise. Le pair à pair n'était pas supérieur ou meilleur, il était différent, complémentaire aux compétences publiques et privées, et surtout capable de fournir des réponses aux problèmes complexes de notre époque. Le pair à pair avait également conduit à des nouveaux paradigmes aux niveaux de la production, de la gouvernance et de la propriété (lire les bases de ces évolutions détaillées par la P2P foundation).

En 2050, les capacités d'innovation et de création du pair à pair ne sont plus questionnées, elles s'imposent à tous, permettant d'impliquer un nombre croissant de citoyen de façon volontaire, en exploitant au maximum les compétences et capacités de chacun dans la construction de "communs". Bien sûr cette transition a eu lieu avec de lourdes conséquences pour les acteurs marchands historiques qui n'ont pas sû évoluer, s'ouvrir, écouter les "consommateurs". Ce mot, comme bien d'autres (lire l'article sur l'importance de l'ontologie pour échanger des concepts), est d'ailleurs de moins en moins utilisé, et remplacé par une multitude de terme et concept. 

Bienvenue sur terre à Amandine et Mathieu, nés en 2013.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *