Le pair, le réseau, le blockchain et le désir mimétique

Blablacar publiait récemment une étude montrant que le covoiturage conduit à des pratiques de conduite moins accidentogène qu'en étant seul dans sa voiture. Ce constat est vrai dans de nombreux domaines : par exemple, l'alimentation diffère entre les personnes qui mangent seules et celles qui mangent en groupe. L'autosurveillance de soi est modifié sous le regard des autres. En conséquence, la mise en réseau, favorisant la rencontre, comme le partage de biens et de services créent les conditions favorables à des changements de comportement individuel. Ce triptyque – Soi, objet désiré, médiateur – n'est pas nouveau, c'est la thèse centrale de René Girard sur le désir mimétique comme socle de nos sociétés.

Soit nous prenons conscience que nous "consommons" avant tout pour mimer l'autre, pour lui ressembler tout en pensant être différent, sans être attirer par l'objet du désir et nous "changeons de niveau"; soit nous continuons à rester prisonnier de notre désir mimétique et les "nouvelles" économies n'apporteront quasiment rien. Pour "changer de niveau", il faut d'abord avoir conscience du désir mimétique. Et là, arrive le blockchain …

Serons nous conscient de notre désir mimétique ?

Nos modes de vie et de consommations dépendent profondément de nos désirs mimétiques. Tous les précédents mouvements contre-culturels ont été réintégrés par les acteurs marchands (voir MM.Heath et Potter), qu'en sera-t-il pour l'économie collaborative ? Nous cherchons à convoiter non pas les objets mais le désir de l'autre pour cet objet, et cela de façon inconsciente. Cela fonctionne précisément parce que cela est inconscient. L'économie collaborative et plus généralement les plateformes numériques se caractérisent par la capacité à fournir aux utilisateurs des images de leurs échanges et de leurs activités (voir La MétaNote N°21, l'hypercitoyen). En apportant cette réflexivité, nous pourrons prendre conscience de nos désirs mimétiques et ainsi commencer à les modifier. Prendre conscience que nous modifions par exemple notre conduite en covoiturant.

"C’est en quelque sorte la connaissance de la nécessité du mimétisme, qui nous rend libres. La théorie du désir mimétique se veut donc aussi une pensée de la libération, une pensée de la réappropriation des désirs par la connaissance du triangle (moi, objet, médiateur – celui à qui je veux ressembler). Toutefois, cette libération n’entraîne pas un désir autonome, nous ne saurions jamais choisir directement nos désirs, en revanche, la possibilité se fait jour de se choisir un médiateur. Faute de choisir l’objet, il reste l’autre pôle sur lequel exercer sa liberté, nous pouvons donc nous choisir un médiateur." Stéphane Vinolo : René Girard, le désir mimétique.

S'ouvre alors une voie, notre désir mimétique peut être modifié et être porté sur des médiateurs que nous aurons choisi et non plus sur les objets. Ce changement, rendu possible par l'open source, l'économie collaborative et la réflexivité des plateformes, modifiera en profondeur nos relations aux objets, nos consommations, nos comportements. Vouloir la même expérience que les médiateurs que nous aurons choisis en conscience, tels pourront être les prochains désirs mimétiques.

Et là arrive le blockchain … Il y a un blockchain pour ça

Développé pour le bitcoin, le blockchain est déjà devenu un écosystème d'innovation en soi. Totalement imprévu, disruptif, non maîtrisable et multidomaines (ce sont les caractéristiques des technologies à fort potentiel), le blockchain se révèle comme étant un support d'innovation inédit. Dans les transports, la seule application connue est la Zooz qui lance le 1er juin son financement par la communauté (voir ICI).

Le blockchain peut dès aujourd'hui modifier les échanges pair à pair, réduire la friction dans les échanges notamment à l'entrée (identification) et à la sortie (paiement), faciliter le partage d'objet et la coordination des échanges (lire cet article Humans+Bits+Blocks). Le blockchain permet de supprimer la centralisation des plateformes d'échanges pair à pair pour ne garder que les pairs. Certains travaillent déjà pour intégrer le blockchain dans les objets eux-mêmes (lire cet article A bitcoin miner in every device). Une discussion spécifique sur le blockchain et les transports est accessible ICI.

Le blockchain permet aussi de créer des 'smart contracts' (merci Nicolas !) dont les clauses se déclenchent automatiquement. Le blockchain est en fait un formidable "bootstrappeur social". Cette technologie numérique garantit une confiance numérique maximale avec un besoin de confiance humaine minimale au démarrage. Donc il abaisse les barrières à l'entrée pour créer des réseaux. En se développant les réseaux génèrent de la confiance humaine en augmentant les échanges, les pratiques, "l'autosurveillance de soi sous le regard des autres". Le blockchain permet d'enclencher plus rapidement et à grande échelle de nouveaux désirs mimétiques.

Voilà comment pourrait se dérouler les 3 prochaines années …

Oui 3 ans, car tout est en place aujourd'hui. Vu le potentiel disruptif, "l'exponentialité" des phénomènes en jeux, il y a maintenant suffisamment d'acteurs (voir cette liste, regarder Etherum) qui ont intérêt à industrialiser les applicatifs du blockchain.

Après avoir développé les briques de base, Etherum fait des alliances avec plusieurs structures dans différentes filières pour adapter les produits. Vu le développement d'Uber, un groupement européen de startup travaillant le covoiturage dynamique s'allie et industrialise une solution utilisant le blockchain pour leurs différents communautés. En même temps, plusieurs opérateurs de transports lancent un projet européen pour utiliser le blockchain et transformer la notion de ticket, de voucher, etc. Leur objectif : baisser les coûts de transaction, avoir un système unique mais adaptable localement. "Je pourrais ainsi réserver tout mon voyage et l'avoir stocké dans un blockchain, qui suivra mon parcours (merci William !)". Les différents services de mobilité organisés autour de plateforme (covoiturage, autopartage, TàD, centrale de taxi et VTC) sont challengées par de nouveaux réseaux pair à pair. Au début ces réseaux n'ont pas la masse critique, la plupart disparaissent, d'autres fusionnent et se développent. De nombreuses structures hybrides co-existent à la fois centralisées et dé-centralisées en fonction des services et des besoins.

Mais c'est dans le domaine des voitures connectées que les changements sont les plus rapides. Devant la lenteur des constructeurs, la variété de norme et de standard, un acteur avait réussi à prendre une place dominante. Un simple boitier connecté au réseau du véhicule, relié au smartphone, bénéficie d'une connexion internet. Intégrant dans les composants et les protocoles du Blockchain, chaque boitier relie les véhicules dans un réseau pair à pair entièrement décentralisé. Le nombre d'objet connecté augmente sans cesse, sur les routes, dans les villes. Les avantages clients de ce système sont indéniables : très forte scalabilité, très peu de friction à l'entrée (identification) et à la sortie (paiement), gestion des données dé-centralisées cryptées et différenciées, partenariats et connexions entre acteurs exponentielles, et aussi alternatives majeurs aux GAFA …

D'autres idées ? échanger les : Le Blockchain dans les transports et les mobilités, ça donne quoi ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *