L’automobile et le centre commercial, un même destin ?

Alors que les ventes dans les hypermarchés poursuivent leur descente, les grands centres commerciaux eux aussi ne font plus recettes (moins 6,8% en novembre par rapport à 2008). Ironie de l’histoire, pour certains c’est la prime à la casse automobile qui serait à l’origine en « aspirant » le budget des ménages, les conduisant à des économies sur les autres postes. Le couple automobile / supermarché est-il fâché ?

4L
voir aussi Blog Transit city 

Pour tenter de conserver ces commerces, de nombreuses pistes sont proposer : un service de garde d’enfant à domicile gratuit (Vélizy 2), une conseillère chargée de vous trouver les cadeaux les mieux « adaptés » (Quatre temps), et bien sûr des promotions… Faciliter l’acte d’achat une fois sur place, mais aussi faciliter les transports :

· Des personnes vers les centres commerciaux, comme cela existe en Chine, en Suède. Les marchands comme Ikea, Carrefour deviennent des opérateurs de transports publics : autobus, bateaux, vélos, covoiturage…

Ikea_covoiturage
Carrefour_bus_chine 
  

· En développant des centres commerciaux plus petits dans les villes, cette tendance est à l’œuvre depuis plusieurs années : de l’hypermarché vers le market,

· Des marchandises vers les clients. Auchan, Leclerc proposent des solutions intermédiaires à l’achat/livraison à domicile avec des Drive-in (voir ici et ) : après commande sur internet, les produits sont livrés dans les magasins, directement dans le coffre en quelques minutes. Quelles conséquences sur nos comportements pourra avoir ce type de solution ? Quand on ne s’arrête plus dans le commerce, les achats sont sans doute modifiés, puis on peut penser à la phase suivante : déplacer le point de rencontre produit/consommateur vers d’autres lieux…

Ceci oblige à repenser ces centres commerciaux : leur « mono-usage », leur localisation, leur logistique, leurs liens avec le consommateur et à l’inverse, à développer de nouveaux lieux de commerce versatiles : les zones de transit (gares routières, ferroviaires, aéroports, multimodales, covoiturage/autopartage…).

En étant capable de « condenser » en un point l’espace-temps, ces endroits permettront de mieux accorder les temporalités individuelles de chacun, de pouvoir réaliser plusieurs activités en un même lieu, de choisir (en étant assisté, voir ici) le meilleur mode de déplacement au meilleur moment. Et finalement faire du « transit » un état stable, apaisé.

A ce moment, les mobilités des personnes et des marchandises n’auront alors jamais été plus inter liées, plus performantes, mais aussi pl
us complexes à gérer, impliquant de nouveaux métiers, des données fiables et partagées, et une grande maîtrise de l’espace public.

Parce que l’on voit de plus en plus de voiture sans coffre, l’automobile et le centre commercial semblent bien avoir un destin commun : se ré-inventer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *