terre rare

L'accès aux matières premières, stratégie de l'UE

 

Les matières premières sont des composantes essentielles des produits de haute technologie et des produits de consommation courante, tels que les téléphones mobiles, les cellules photovoltaïques en couches minces, les batteries ion lithium, les câbles à fibres optiques ou encore les carburants de synthèse. Or, leur disponibilité est de plus en plus restreinte, selon un rapport publié aujourd’hui par un groupe d’experts présidé par la Commission européenne. Parmi les 41 minéraux et métaux examinés lors de ce tout premier état des lieux de l’accès aux matières premières dans l’UE, 14 matières premières ont été retenues comme «critiques» par les experts. L’accroissement de la demande en matières premières découle de l’expansion des économies en développement et des nouvelles technologies émergentes. La liste a été établie dans le cadre de l’initiative «matières premières» présentée par l’UE en 2008 [1], en étroite collaboration avec les États membres et les parties intéressées. Les résultats du rapport serviront de base à l’élaboration d’une future communication sur les stratégies permettant de garantir l’accès aux matières premières, qui sera publiée par la Commission à l’automne 2010.

 

Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, a déclaré: «Le rapport de ce jour représente une contribution précieuse aux efforts que nous accomplissons pour garantir aux entreprises un accès sans entrave aux matières premières dans l’avenir. Nous avons besoin de conditions équitables sur les marchés extérieurs et d’un cadre efficace conçu pour favoriser un approvisionnement durable en matières premières à partir de sources internes à l’UE; il nous faut aussi accroître l’efficacité des ressources et recourir plus largement au recyclage. Nous voulons donner à l’industrie européenne les moyens de rester sur le devant de la scène en matière de nouvelles technologies et d’innovation et, à cet effet, nous devons nous assurer que nous avons toutes les cartes en main.»

D’après le groupe d’experts, 14 matières premières minérales sont d’une importance critique pour l’Union européenne: l’antimoine, le béryllium, le cobalt, le spath fluor, le gallium, le germanium, le graphite, l’indium, le magnésium, le niobium, les métaux du groupe du platine, les terres rares, le tantale et le tungstène. Les prévisions indiquent que, pour certaines matières premières critiques, le niveau de la demande en 2030 pourrait être plus de trois fois supérieur à celui de 2006. Ce sujet déjà abordé dans ce blog (ici et ) renforce : sobriété, recyclage, optimisation de l'existant et recherche de robustesse.

[Lire la suite…]

L’accès aux matières premières, stratégie de l’UE

 

Les matières premières sont des composantes essentielles des produits de haute technologie et des produits de consommation courante, tels que les téléphones mobiles, les cellules photovoltaïques en couches minces, les batteries ion lithium, les câbles à fibres optiques ou encore les carburants de synthèse. Or, leur disponibilité est de plus en plus restreinte, selon un rapport publié aujourd’hui par un groupe d’experts présidé par la Commission européenne. Parmi les 41 minéraux et métaux examinés lors de ce tout premier état des lieux de l’accès aux matières premières dans l’UE, 14 matières premières ont été retenues comme «critiques» par les experts. L’accroissement de la demande en matières premières découle de l’expansion des économies en développement et des nouvelles technologies émergentes. La liste a été établie dans le cadre de l’initiative «matières premières» présentée par l’UE en 2008 [1], en étroite collaboration avec les États membres et les parties intéressées. Les résultats du rapport serviront de base à l’élaboration d’une future communication sur les stratégies permettant de garantir l’accès aux matières premières, qui sera publiée par la Commission à l’automne 2010.

 

Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, a déclaré: «Le rapport de ce jour représente une contribution précieuse aux efforts que nous accomplissons pour garantir aux entreprises un accès sans entrave aux matières premières dans l’avenir. Nous avons besoin de conditions équitables sur les marchés extérieurs et d’un cadre efficace conçu pour favoriser un approvisionnement durable en matières premières à partir de sources internes à l’UE; il nous faut aussi accroître l’efficacité des ressources et recourir plus largement au recyclage. Nous voulons donner à l’industrie européenne les moyens de rester sur le devant de la scène en matière de nouvelles technologies et d’innovation et, à cet effet, nous devons nous assurer que nous avons toutes les cartes en main.»

D’après le groupe d’experts, 14 matières premières minérales sont d’une importance critique pour l’Union européenne: l’antimoine, le béryllium, le cobalt, le spath fluor, le gallium, le germanium, le graphite, l’indium, le magnésium, le niobium, les métaux du groupe du platine, les terres rares, le tantale et le tungstène. Les prévisions indiquent que, pour certaines matières premières critiques, le niveau de la demande en 2030 pourrait être plus de trois fois supérieur à celui de 2006. Ce sujet déjà abordé dans ce blog (ici et ) renforce : sobriété, recyclage, optimisation de l'existant et recherche de robustesse.

[Lire la suite…]

Les terres rares seront elles, en plus, volatiles ?

Le cercle CyclOpe prévoit des risques de forte volatilité des prix pour les ressources naturelles en 2010. « Il n’est pas mauvais de rappeler que les prix des matières premières obéissent à plusieurs logiques : celle des fondamentaux (le rapport offre/demande sur le marché physique), celle des monnaies de cotation et donc du dollar et, enfin, cette véritable écume sur la vague que représente la spéculation financière ». Et Philippe Chalmin de conclure que les prix seront logés à l’enseigne « de l’instabilité, d’une volatilité extrême, à l’image des marchés financiers ».

Et cette tension sur les « commodités » est largement détaillée dans cet article du Financial Times concernant particulièrement les terres rares. Yet these so-called minor metals and rare earths are as critical as copper and aluminium to the global economy. From the cobalt in mobile phone batteries to the neodymium in Toyota’s hybrid Prius cars, “minor metals and rare earths are involved in every aspect of modern life”, says Guy Darby of the London-based Minor Metals Trade Association.

 

Le lanthane et les lanthanides forment une série de quinze éléments métalliques de propriétés chimiques très semblables, que l’on désigne aussi plus communément sous le nom de “terres rares”. Dans la classification périodique des éléments, les lanthanides occupent, avec le lanthane, une seule et même case du tableau; cette particularité résulte de leur structure électronique, qui est identique pour les couches extérieures et ne diffère d’un élément au suivant que par addition d’un électron dans la couche profonde 4f (d’où le nom d’éléments 4f que leur donnent parfois les physiciens).

[Lire la suite…]