propaganda

Données privées et Automobile

Le numérique ne fait pas que résoudre d'anciens problèmes, il en crée de nouveaux. Plus complexes, plus transversaux. Une fois numérique, l'automobile produit des données, beaucoup de données. D'abord utilisées uniquement "à bord", en boucle fermée, les données ont été produites et utilisées par des actionneurs, pour des questions de sécurité (ABS et autre), de pilotage du moteur et des systèmes de post-traitement, de confort. Jusqu'à présent, l'automobile et son conducteur auto-produisent des données qui sont directement utilisées par l'automobile pour fonctionner. Demain, le duo "auto-conducteur" vont produire des données géolocalisées qui vont "sortir" de l'automobile. Le duo auto-conducteur devient un geyser de données multiples, hétérogènes, contextualisées, extrêmement riches.

Se posent alors plusieurs questions : à qui appartiennent ces données ? quelles données ? pour combien de temps ? et après anonymisation ? qui seront les prochains "Lords of the cloud" (cher à Jaron Lanier) qui exploiteront ces geysers ?

Et si se préparait là la principale zone de combat entre les constructeurs et les GAFA ?

Google image "voiture connectée"

[Lire la suite…]

Devenant producteur de connaissances, le consommateur renverse les rôles

Le numérique portable et l'internet changent le rapport de force entre le consommateur et le distributeur d'un produit à plusieurs niveaux. Les conséquences seront multiples, et iront jusqu'à modifier les chaînes logistiques. D'ici quelques années, le client du futur pourra gérer un choix multicritère complexe, avoir l'avis de ses pairs, connaître le mode de production du produit, son contenu carbone, identifier la présence de composés allergiques, mais également faire savoir à son réseau qu'il achète ou n'achète pas pour telle ou telle raison. Ceci sera possible partout, tout le temps. L'asymétrie d'informations dans laquelle était maintenue, volontairement, le consommateur s'inverse; désormais plus rien ne lui sera inconnu. Bienvenue dans l'ère de la transparence, obligatoire, éventuellement positive et libératrice. 

[Lire la suite…]

La logistique du futur

Le transport de marchandises est le reflet visible de notre mode de vie. Nous sommes ce que nous achetons, ce que nous mangeons. Nous partirons de deux citations de A.Tocqueville et A.Smith pour tenter de comprendre les tendances de fond dans le domaine de la logistique pour les poursuivre en intégrant des innovations venant du numérique.

Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres. Tocqueville, De la démocratie en Amérique 1835.

 « Peu importe que les autres convoitent ce qui ne mérite pas d’être convoité, ce qui compte c’est le regard de convoitise lui-même. C’est de ce regard que, sans le savoir, chacun est friand ». Reprenant un des pères de l'économie, Adam Smith, et son ouvrage Théorie des sentiments moraux, J-P.Dupuy, dans l’avenir de l’économie, nous rappelle que les agents économiques (nous) croient poursuivre l'utilité (bien être matériel), mais en fait, ils recherchent « le regard des autres », l'approbation. Ce « mensonge collectif à soi-même » est profond, d'autant plus que les agents sont dans l’opacité sur leurs propres motivations et sur celles des autres.

Notre consommation de biens matériels semble être une tendance de fond bâtie sur l’individualisme et un mensonge collectif à soi-même, tout en essayant de réduire les impacts collectifs. Pour répondre à ce « besoin », des professionnels ont développé et industrialisé des processus complexes permettant aux matières premières, puis aux produits intermédiaires et finis, de parcourir des procédés de fabrications industriels devenus mondiaux pour arriver aux bons destinataires. La logistique rassemble ces processus. Quelles évolutions peut-on attendre ?

[Lire la suite…]

Utilisacteur, test'n'trust, see-click-fix vers un kit de lobby citoyen

Le National Consumer Research Center finlandais révèle, ces derniers jours et d’après plusieurs études réalisées auprès des consommateurs finlandais et américains, les grandes tendances de consommation de Demain. Celles-ci ne seront plus l’apanage d’une minorité mais se généraliseront partout dans le monde.

  • L’industrie du détail sera plus efficace.
  • La taille des foyers tendra à baisser. Ainsi, il y avait 6 personnes en moyenne par foyer il y a 100 ans et aujourd’hui la moyenne est de 2,1.
  • L’éclatement des foyers engendrera une augmentation de la consommation d’électricité, car à cela s’ajoute la multiplication des appareils électriques, notamment le nombre de téléviseurs.
  • Les prix des biens baisseront alors que les prix des services eux ne cesseront pas de grimper.
  • La durée de vie moyenne des appareils ménagers, électriques et informatiques réduira sensiblement. Il ne sera plus désormais possible de garder une télévision 20 ans comme cela pouvait se faire autrefois.
  • Au-delà des biens, les consommateurs s’orienteront de plus en plus vers la consommation de services ; « l’économie de la fonctionnalité » fera son apparition.
  • Au final, le consommateur sera de plus en plus expert donc de plus en plus exigeants.

Cette dernière tendance va s'amplifier. Ainsi de plus en plus d'outils destinés à fédérer les consommateurs et les citoyens se développent.

[Lire la suite…]

Google googles, comment l’acte d’achat pourrait être bouleversé !

Donc les stratégies des entreprises, donc leurs organisations, donc les flux de matières et de produits, et donc les transports associés. Apporter l’information, la bonne, au plus près du consommateur au moment de son acte décisif d’achat est une révolution dans le monde du marketing. Depuis E.Bernay (neveu de Freund, et auteur de Propaganda en 1928 que je vous encourage à lire ici), le consommateur n’a pas toutes les informations lui permettant de faire le bon choix selon ses critères. Le marketing peut alors se déployer pour apporter une information partielle, sélective.

Extrait de Propaganda : «Théoriquement, chacun achète au meilleur coût ce que le marché a de mieux à lui offrir. Dans la pratique, si avant d'acheter tout le monde comparait les prix et étudiait la composition chimique des [produits] proposés dans le commerce, la vie économique serait complètement paralysée. Pour éviter que la confusion ne s'installe, la société consent à ce que son choix se réduise aux idées et aux objets portés à son attention par la propagande de toute sorte (ie marketing)»

Il a donc fallu attendre presque 100 ans pour que cela change. Mais tout n’est pas gagné pour autant, puisque la nouvelle place stratégique d’informateur multicritère en temps réel reste à prendre… pour le meilleur ou pour le pire ! La solution Googles est « simple », en utilisant l’appareil photo sur votre téléphone, vous accédez via internet et un système de reconnaissance, aux informations concernant l’objet photographié : un monument, un livre, une œuvre d’art, une bouteille de vin, un logo.

Ainsi, on peut imaginer aujourd’hui, fournir une information complète : contenu des produits (pour les personnes allergiques), contenu carbone du produit, bilan environnemental complet de l’entreprise ayant fabriqué le produit… Devant cette multitude d’informations accessibles va se créer des systèmes aggrégateurs que le consommateur pourra lui-même configurer selon ses désirs, ses besoins :

· Allergique à xx,

· Préférence pour l’agriculture bio, pour le bois issu de forêt gérée correctement,

· Refus d’acheter des produits contenant des OGM,

· Refus d’acheter des produits d’une entreprise qui emploie des enfants (ou ses sous traitants),

·

Hier il était impossible de contrôler, vérifier, sélectionner selon tous ces critères, aujourd’hui, une simple photo donne ces informations, demain, un aggrégateur fournira une réponse simple VERT ou ROUGE en temps réel, actualisée. Les contenus utilisés seront ceux déjà disponibles sur internet.

Les conséquences seront immédiates, globales, nécessitant un nouveau management dans l’entreprise orienté « informations » client, qui demandera à revoir tous les procédés de fabrication, de transports, tous les modes de management, tous les critères qualité, de revoir entièrement les informations développement durable, de les fiabiliser dans le long terme. Le client « informé » deviendra enfin libre de ses choix sur la base de critères qu’il aura lui-même défini.