Quelle société en 2030 : un exercice de prospective à l’allemande

Cet article a été rédigé par Didier Violle (ADEME, Service Recherche et Technologies Avancées).

Comprendre les grandes tendances technologiques, identifier les défis scientifiques des quinze prochaines années et prévoir leurs risques éventuels : le Ministère fédéral allemand de l'enseignement et de la recherche (BMBF) a lancé une grande opération de prospective.

La réalisation de ce projet a été confiée aux scientifiques du Centre de technologie de l'Association des ingénieurs allemands (VDI TZ) et de l'Institut Fraunhofer de recherche sur les systèmes et l'innovation (ISI).

Cette initiative fait suite à un premier cycle d'études prospectives, mené de 2007 à 2009, et portant sur les technologies d'avenir. L'objectif est cette fois-ci plus sociétal. Il s'agit d'anticiper les évolutions qui surviendront, à l'horizon 2030, dans les domaines de la science, de la technologie et de la recherche, et leurs conséquences sur la société.

On trouve dans ce travail, comparé à des exercices analogues réalisés en France, une meilleure intégration des SHS, une plus grande prise en compte de l’international et une plus grande souplesse d’analyse grâce à la construction des « défis sociétaux » à partir du regroupement de grandes tendances, dont certaines peuvent ressortir à plusieurs « défis ».

Au total, ce sont soixante grandes tendances, sept défis sociétaux, et onze champs de recherche prioritaires qui ont été identifiés.

Ils sont détaillés dans les rapports d’étape qui ont été récemment publiés. (Les rapports définitifs devraient sortir fin 2014) :

[Lire la suite…]

Ouvrons un nouvel espace pour innover dans les nouvelles mobilités

La mobilité a changé. La manière d’innover a changé. Il est urgent de compléter les dispositifs de soutien à l’innovation pour répondre aux nouveaux défis : Comment faire levier du numérique et aider les start-up à faire évoluer l’ensemble de l’écosystème ? Comment fédérer ces acteurs autour de la nouvelle filière industrielle des mobilités ? Qu’attendent les entrepreneurs ? L’ADEME a fait réaliser une étude auprès d’experts et d’acteurs de l’innovation pour tenter de répondre à ces questions.

L’étude est téléchargeable ici et visionnable au bas de l’article.

L’innovation ne s’impose plus. Elle ne se déclare plus. Elle se constate, dans l’adoption massive par le marché d’une technologie, d’un service ou d’un usage. Ce changement de paradigme nécessite d’adopter une approche plus modeste, résiliente et plus “apprenante” de l’innovation.

Pour les acteurs traditionnels du transport la question n’est plus : “comment lutter contre les changements et défendre nos positions ?”, mais “comment apprendre nous aussi à inventer des services de mobilités, des plateformes qui soient adoptés par nos (futurs nouveaux) clients ?”.

S’appuyant sur les dynamiques entreprenariales issues des 2 jours du séminaire Mobilites Mutations, l’ADEME a confié à 15marches une étude de définition d’un nouveau dispositif de soutien à l’innovation dans le domaine des mobilités.

La démarche retenue est inductive. Une quinzaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés . Le choix s’est majoritairement porté sur des acteurs hors du secteur traditionnel de l’automobile, venant de structures de tailles et de situations variables : startups, structures de soutien, grandes entreprises impliquées dans l’écosystème, experts de l’innovation. L’objectif n’était pas de bénéficier d’un panorama global mais d’un retour d’expériences sur le système. “L’innovation vue par les gens qui la côtoient et la pratiquent au quotidien pour mieux esquisser les contours de ce nouveau dispositif.”

[Lire la suite…]

Ce que je crois savoir

Il faut bien une première fois.

Et bien ce sera le premier article dans lequel l'auteur de ce blog utilisera le "je". Simplement, pour partager des sensations plus des visions. Il existe plein des scénarios du futur, chacun peut choisir le sien, celui qui lui fait le moins mal, celui dans lequel il se voit le plus facilement. Je ne donnerai donc pas de scénario du futur. Dans cet article, je dirai donc ce que je crois savoir.

La prospective m'intéresse par sa capacité à nous obliger à disséquer le présent pour mieux l'oublier. Je ne sais pas comment nous nous déplacerons dans le futur, mais je sais que les mots et les concepts que nous avons lentement forgés sont en train de devenir inutiles, pire ils freinent. Heureusement pas tout le monde, certains artisans modèlent de nouvelles façons de faire, de penser, de réfléchir ensemble. Les frontières comme le transport public collectif et le transport individuel privé, et même l'achat, la location de véhicule ou l'achat de mobilité ne découpent déjà plus des domaines d'actions. Penser le futur, c'est d'abord proposer de nouveaux concepts pour discuter ensemble des glissements qui s'opèrent aujourd'hui, pour s'affranchir des silos construits par le temps et les filières industrielles (voir Georges Amar).

"je ne dis pas que ces transformations radicales vont se réaliser, je dis que pour la première fois, nous pouvons vouloir qu'elles se réalisent" A.Gorz

[Lire la suite…]

Transformation du Travail donc des mobilités, vers plus de complexité

[inspiré par l'excellente conférence du LIFT with FING]

Seuls

La robotisation et le numérique amènent progressivement mais sûrement de plus en plus de personnes devant un écran, seuls et « connectés ». Bouleversant les silos établis au niveau des lieux, des modes de transports, des temporalités et finalement de la cité entière, ces évolutions renforcent des fractures existantes au niveau individuel et collectif.

Indépendants, auto-entrepreneurs, de nouveaux nomades émergent, décrits par plusieurs auteurs, ils surfent sur les flux. Ces nomades cultivent comme une richesse leurs multiples réseaux pour construire une extrême individuation. Maîtrisant les techniques numériques, ils se forgent des robots sur-mesure qui démultiplient leur présence et leur action.

D’un autre côté, des personnes isolées travaillent pour le compte de robots, à la tâche (comme le mechanical turk), sollicitant l’aide de micro-réseaux de quelques personnes au quotidien et manipulant quelques ressources numériques simples. Isolés, sans aide extérieure, les barrières les enfermant augmentent sans cesse.

En même temps, de nouvelles pratiques collectives se déploient. Elles modifient simultanément l'intelligence collective, les connaissances, les processus et donc notre façon de travailler ensemble. Les mobilités quotidiennes en seront profondément bouleversées, moins prévisibles, potentiellement plus locales, forcément plus complexes. Qui est prêt à augmenter la complexité ?

[Lire la suite…]

Michelin, Et si on repensait la carte et le guide ?

La carte, emblême majeur du territoire, incarne toujours une relation forte avec les transports. A l'ère du numérique, la mise à disposition de données cartographiques concerne toujours la majorité du temps nos mobilités.

La carte a toujours été utilisée pour penser le territoire, pour le représenter et donc pour penser les infrastructures de transports, puis pour organiser les principaux flux collectifs, placer les points d'arrêt, placer les gares. La carte s'est ensuite enrichie de guide pour permettre de contextualiser et d'avoir les "Points Of Interest". Un acteur avait tout compris : Michelin avec les cartes et le guide. Ces deux technologies avaient pour objectifs d'améliorer l'expérience de mobilité, à la fois dans l'objectif, le repas, et dans le moyen d'atteindre l'objectif, la route. La carte était alors une représentation du monde minéral, des infrastructure, de l'immobile. Le guide, lui, portait l'humain et le vivant.

Mich

Puis est apparu internet et le GPS …

Le projet YouAreHere est une petite usine à carte. Mais des cartes narratives qui vous racontent des histoires, des cartes humaines (voir aussi ces cartes).

 

[Lire la suite…]

MétaNote 21, Vers l’hypercitoyen, acteur heureux à l’ère des plateformes numériques

Les décisions politiques américaines du GPS civil et de l'internet ont fait émerger des géants. Rien n'était planifiable, prévisible. Aucun état stratège ne pouvait penser Facebook, Amazon, Google ou Apple. Les GAFA sont des purs produits de l'innovation. Ces jeunes plateformes mettent en œuvre de nouveaux mécanismes pour se relier à leurs « clients », la multitude. Elles inventent en même temps les produits, les services, les contenus et les outils de reliance. Toutes différentes sur leurs marchés, elles se rejoignent sur un point majeur : l'industrialisation de la production et de l'utilisation de métabases de données sur nos usages, nos comportements numériques, nos pratiques – notamment de mobilité, de soins, d'achat – et nos contacts, nos réseaux.

Plus vous utilisez une plateforme pour bénéficier de ces services, plus elle apprend de vous, plus elle évolue pour répondre à vos besoins identifiés ou suscités ou itérés. Chacun dans son domaine, les nouveaux marchands de l'économie collaborative s'appuient également sur des outils numériques similaires. Ils mettent en relation l'offre et la demande grâce à un design soigné intégral (inscription, mise en relation, paiement, notation, …). Se faisant, le « client » fournit des données le concernant, permettant en même temps d'améliorer son expérience et d'alimenter une métabase de données. Finalement, malgré l’actualité, il n’y aurait donc aucun nouveau modèle d’affaire. L'utilisateur reste un « client » qui n'a pas tous les éléments, toute la vision, toutes les informations.

 

[Lire la suite…]

Uber, jusqu’où allez-vous aller M.Kalanick ?

Cet été, Uber vient de passer une étape majeure. Valorisé à plus de 3 milliards de dollars, lié à Google par sa dernière lever de fond, Uber appartient à la classe des start-up mondiales. Réliée à la multitude par des interfaces séduisantes pour proposer un véhicule avec chauffeur dans plusieurs villes, Uber et son CEO M.Kalanick, se livrent à la fois à un marathon et des sprints, sur plusieurs services, dans plusieurs pays. Uber vient d’ouvrir sa plateforme via des API, pour satisfaire les besoins de la multitude.

Ce saut discret lui ouvre maintenant des possibilités de services sans limite.

[Lire la suite…]

Lancement de l'Appel à Projet de Recherche CoMon

Etablissement_logo_petit

CoMoN 
Coll@borons autour de la Mobilité et du Numérique 

Cet article a été rédigé par Stéphane Barbusse, coordonnateur de la R&D, Service Transports & Mobilités. 

L’appel à projets de recherche CoMoN : Coll@borons autour de la Mobilité et du Numérique, vise à disposer et faire partager une connaissance régulièrement actualisée des services de mobilité des personnes et des transports des biens. L’objectif est de permettre aux acteurs (citoyens, décideurs publics, entreprises) de mieux connaître leurs déplacements, les modes de transports à disposition, les implantations ou encore les investissements à réaliser pour optimiser la mobilité. Il s’agit également de mieux quantifier les impacts des différents choix qui peuvent être faits et de faire émerger de nouvelles solutions de mobilité. Il s’agit, in fine, de progresser à la fois au niveau des pratiques individuelles et des choix collectifs.

Un autre objectif majeur est de développer un prototype échelle 1 d’un outil numérique collaboratif centralisant les connaissances disponibles sur la mobilité des biens et des personnes. La finalité est de disposer d’un référentiel national sur cette thématique, permettant aux différents acteurs de connaître et se faire connaître, de disposer de données constamment actualisées, de répliquer des solutions existantes, d’expérimenter de nouvelles solutions, etc.

Enfin l’innovation attendue à travers le projet résidera dans l’appropriation du dispositif, dans l’atteinte d’une masse critique de services référencés et dans les modèles d’affaires à développer afin de pérenniser cet outil numérique pour qu’il soit utile à plusieurs acteurs.

La date limite de soumission des dossiers de candidature est fixée au vendredi 12 septembre 2014.

Le texte de cet APR et les pièces constitutives des dossiers à soumettre sont disponible en téléchargement sur le lien suivant : https://appelsaprojets.ademe.fr/aap/CoMoN2014-46

Contact ADEME (impérativement par e-mail dans un premier temps sur la boite dédiée SVP)
Séverine BOULARD : ademe.comon@ademe.fr

 

 

 

Lancement de l’Appel à Projet de Recherche CoMon

Etablissement_logo_petit

CoMoN 
Coll@borons autour de la Mobilité et du Numérique 

Cet article a été rédigé par Stéphane Barbusse, coordonnateur de la R&D, Service Transports & Mobilités. 

L’appel à projets de recherche CoMoN : Coll@borons autour de la Mobilité et du Numérique, vise à disposer et faire partager une connaissance régulièrement actualisée des services de mobilité des personnes et des transports des biens. L’objectif est de permettre aux acteurs (citoyens, décideurs publics, entreprises) de mieux connaître leurs déplacements, les modes de transports à disposition, les implantations ou encore les investissements à réaliser pour optimiser la mobilité. Il s’agit également de mieux quantifier les impacts des différents choix qui peuvent être faits et de faire émerger de nouvelles solutions de mobilité. Il s’agit, in fine, de progresser à la fois au niveau des pratiques individuelles et des choix collectifs.

Un autre objectif majeur est de développer un prototype échelle 1 d’un outil numérique collaboratif centralisant les connaissances disponibles sur la mobilité des biens et des personnes. La finalité est de disposer d’un référentiel national sur cette thématique, permettant aux différents acteurs de connaître et se faire connaître, de disposer de données constamment actualisées, de répliquer des solutions existantes, d’expérimenter de nouvelles solutions, etc.

Enfin l’innovation attendue à travers le projet résidera dans l’appropriation du dispositif, dans l’atteinte d’une masse critique de services référencés et dans les modèles d’affaires à développer afin de pérenniser cet outil numérique pour qu’il soit utile à plusieurs acteurs.

La date limite de soumission des dossiers de candidature est fixée au vendredi 12 septembre 2014.

Le texte de cet APR et les pièces constitutives des dossiers à soumettre sont disponible en téléchargement sur le lien suivant : https://appelsaprojets.ademe.fr/aap/CoMoN2014-46

Contact ADEME (impérativement par e-mail dans un premier temps sur la boite dédiée SVP)
Séverine BOULARD : ademe.comon@ademe.fr

 

 

 

Rappel massif de véhicule, des erreurs ou une chance?

En 2014, les constructeurs vont rappeler aux USA l'équivalent du parc automobile français, près de 30 millions de voiture (lire l'article source). Soit un véhicule sur dix. Ce n'est plus un détail, c'est un phénomène structurant de cette industrie. Les liens entre constructeurs, entre équipementiers, entre constructeurs et équipementiers font que les composants des uns et des autres se mêlent. Un incident chez l'un a des conséquences chez plusieurs. Personne ne peut prévoir, ni garantir, qu'aucun rappel ne sera fait sur ses véhicules.

Jusqu'à présent, il s'agit d'erreurs de conception, de validation ou de montage qui conduisent à ces rappels. En théorie, l'automobile est conçue pour ne pas "revenir" et être uniquement entretenue, d'autant que certaines pannes ont des conséquences majeures. Et si, à l'inverse, ces rappels étaient une opportunité pour mettre à jour des logiciels, des composants, voire même faire évoluer certaines fonctions pour mieux répondre aux besoins des utilisateurs. Et si la "version béta" était l'avenir de l'automobile ? 

[Lire la suite…]