gratuit

Dans vos projets, vos organisations, quelles sont les (vraies) richesses ?

Le covoiturage a conduit à faire baisser les tarifs des trains et à donner naissance à IDBus. Effet rebond logique et prévisible, basé sur notre économie fondée sur la concurrence et les euros. Les transports collectifs publics sont en général payant, mais certains ont choisi la gratuité, est ce forcément binaire (voir un article sur ce sujet) ? Que se passerait-il si les fournisseurs de service de mobilité créaient, en plus, leur monnaie ?

Et si l'expression de nos véritables richesses dans les transports (personne et marchandise) était un moyen puissant pour innover et changer massivement nos pratiques ? Dans vos entreprises, vos organisations, dans votre ménage, votre communauté, et pour vous-même, avez vous clairement établi vos richesses ?

Jean-Michel Cornu (FING) a publié un livre consacré aux monnaies et leur potentiel en matière d'innovation (voir cet article sur ce livre et les innovations monétaires). Il s'agit ici d'explorer la notion de richesse. Jean-françois Noubel dans le wiki du site TheTransitioner propose 3 formes de richesses.

[Lire la suite…]

VW XL1 n'est pas une innovation. Il manque la plateforme (numérique) qui va avec …

VW XL1 préfigure sans doute l'automobile du futur. Ce « véhicule objet » était prévisible depuis des dizaines d'années. Il n'est finalement qu'un assemblage de techniques connues. Ce n'est donc pas une innovation. Par ailleurs, VW n'envisage pas d'autres usages de ce véhicule performant. Mal utilisé, il ne préfigure pas les mobilités de demain.

L'automobile du futur et le futur de l'automobile

D'autres comme Akka Technologies proposent avec Link and Go, une première version d'automobile servicielle. Pourtant ce « véhicule serviciel » n'est pas non plus une innovation. Il n'est pas branché sur une plateforme. Ce sera sans doute simplement un composant du futur de l'automobile.

En même temps, Amazon lance Amazon Coin. Objectif : Engager encore plus les développeurs externes à l'entreprise à innover sur sa plateforme, les récompenser avec une monnaie dédiée, permettant en PLUS de réintroduire une partie des bénéfices en interne, de pouvoir tracer les achats réalisés donc d'apprendre encore PLUS de choses sur ses clients.

Amazon, nouveau « barbare » de ce nouvel âge, bouleverse tous les codes, et devient sans aucun magasin physique (pour le moment) la marque préférée des consommateurs américains pour ses services. Et si Amazon devenait fournisseur d'énergies … Amazon Energy Services.

De tout cela, les entreprises industrielles historiques pourraient s'inspirer : devenir elles-aussi de véritables plateformes, aspirant les innovations externes, proposant les outils développés en internes à d'autres entreprises jusqu'à leurs concurrents, permettant d'utiliser les applications (services de mobilité) simplement et finalement séduisant les créatifs pour les intégrer au cœur du dispositif. Mais pour le moment, même si les constructeurs partagent entre eux des « plateformes véhicules » aucune véritable innovation n'a été mise en œuvre, aucune action pour co-concevoir à l'âge de la multitude des plateformes de « véhicules objets » puis des plateformes de « véhicules serviciels ».

[Lire la suite…]

100 applications Mobilité par Ville, Rail & Transports

Simplificateur et facilitateur, reliant les usagers, créateur de nouvelles données, notre assistant personnel de mobilité (APM) est là. Comme cela a été décrit dans la MétaNote N°10, il s'agit d'un premier niveau. La vague suivante va aggréger de nombreuses applications, automatiser de nombreuses tâches, autodéterminer et choisir elle-même des options. L'APM aspire à lui les innovations. Mais plus que tout, c'est bien le caractère bi-directionnel des flux de données qui est réellement inédit. L'utilisateur accède à des connaissances contextualisées lui permettant de résoudre son problème, de choisir "en fonction de", et c'est précisement ce choix individuel "en fonction de" qui est appris, intégré, mis en forme et ré-introduit dans les modèles.

Cette participation de l'utilisateur est créatrice d'une nouvelle forme de richesse à la fois individuelle et collective. D'où le débat actuel sur les taxes à associer aux données et le rapport Colin & Collin. Un élément est encore manquant: la capacité à quantifier/qualifier au sens des bénéfices individuels et collectifs les conséquences des choix rendus possible par les Applications/données.

La magazine Ville, Rail & Transports propose une liste à jour des 100 principales application dans le domaine de la mobilité, issu du numéro accessible en ligne.

[Lire la suite…]

Entre des transports gratuits ou payants, de multiples solutions et un projet de société à construire

« Tout se paie » affirment en cœur les économistes libéraux sur le ton de l’évidence. L’enseignement universitaire véhicule cette vision qui exclut in fine tout désintéressement dans les rapports humains. Pourtant, le rôle central de l’argent dans nos sociétés relève en grande partie de l’idéologie, et pas seulement d’un débat réaliste sur l’efficacité de l’économie [source Le Monde Diplomatique, supplément Octobre 2012].

Avant de plonger dans des solutions alternatives, revoyons rapidement quelques données de base. Selon le GART, le Versement Transport (VT) couvre 48% du financement des transports urbains ; le budget des collectivités apporte 30% et les usagers complètent  les derniers 20%. Dans tous les cas, la gratuité n’est donc que « partielle ». Il s’agit avant tout d’un véritable projet de politique : quelle image souhaitons-nous donner aux transports publics ? Nous verrons qu’il existe en complément d’autres outils monétaires permettant de donner du sens.

[Lire la suite…]

Demain vous pourrez télécharger et imprimer votre vélo

C'est le début de l'impression 3D. Certains y verront un gadget, d'autres un bouleversement de l'industrie, des frontières avec le consommateur, et bien sûr des relations entre consommateurs. Il devient possible de télécharger les plans d'un vélo, de l'imprimer chez soi ou dans une usine locale partagée, un fablab. La matière se transforme au plus près du consommateur, au plus près du besoin, au dernier moment. Combien de temps pour imaginer imprimer une voiture ?

Les lunettes Google traduisent une évolution millénaire, présentent de nombreux intérêts dans la mobilité et la consommation, et posent de nombreuses questions … philosophiques

La rumeur se confirme (déjà abordé dans 2 précédents articles: ici et ). Google devrait commercialiser fin 2012 des lunettes intégrant les principales fonctionnalités d’un smartphone : téléphone, connexion web, GPS, mémoire, appareil photo, avec une projection des informations sur les verres. Cet objet arrivera d’ici quelques mois, il concentre et cristallise de nombreuses évolutions à venir dans nos rapports au contexte, à l’environnement, aux autres. Il crée également de nouveaux risques qu’il faudra comprendre, débattre et limiter pour profiter des avantages dans de nombreux domaines, ceux des mobilités et des chaînes logistiques.

Ces lunettes rendent visible, à double titre, la façon dont des entreprises comme Google, Facebook ou Amazon, voient le monde qui vient. Petit rappel technologique : tout est décrit ici.

Futur Smartphone ?: L’équipement en téléphone portable et en smartphone indique globalement que ces objets sont acceptés et demandés. Prothèse nomade « parfaite », les lunettes prolongent les tendances millénaires : l’appropriation d’objet portable permettant à l’homme de se déplacer, de s’adapter à son environnement, d’échanger avec les autres des connaissances, des objets ou des savoirs, de pratiquer le troc. Le smartphone que nous appelerons « cerveau externalisé », en référence à Michel Serres, apporte donc ces éléments essentiels au nomadisme dans un monde complexe. Une évolution possible verra donc disparaître l’objet smartphone dans les lunettes et la montre, objets historiques.

[Lire la suite…]

Google se rapproche un peu plus du parfait assistant de voyage

Amadeus nous l'indique dans ses études, Google le fait avec la version proto d'Hotel Finder. Il est désormais possible de trouver un hotel par le temps de transport. Ce paramètre peut être intégré avec d'autres comme le prix, la localisation.

En rajoutant l'assistant sur les modes de transports publics, ou l'aérien, Google développe progressivement toutes les briques pour former un parfait assistant de mobilité quotidienne ou occasionnelle… Mais est ce que Google restera toujours Google ?

Empire_state

Google vous donne les vols "NY to LA", demain "Nice vers Berlin", puis après demain "soleil plage moins 500 € vendredi prochain"

D'autres parties de l'Iceberg apparaissent à ceux qui ne veulent pas voir le monde qui vient … Google permet depuis décembre d'afficher aux USA pour le moment toutes les informations pour un vol "NY to LA" par exemple. Cela donne ça (ou tapez vous même "NY to LA") :

Google-travel

[Lire la suite…]

Transports & Mobilités, quelles sont les richesses dont il faut maximiser l’usage ?

Dans le monde qui vient, nous allons, sans doute, devoir prendre soin de plusieurs richesses :

  • toutes les matières premières, dont les énergies fossiles ; ceci passe notamment par la mise en œuvre de l’économie de la fonctionnalité et l’économie circulaire ;
  • tous les investissements déjà réalisés et ceux à venir, et notament l’ensemble des infrastructures disponibles (routes, voies ferrées, gares, stationnement, …), des outils industriels de production; ceci passe par une exploitation des infrastructures bien plus dynamique, souple et modulable, des tarifications liés aux usages et un meilleur usage des produits industriels dont les véhicules ;
  • et notre plus grande richesse : notre temps.

Pour cela, nous disposons de facilitateurs permettant de développer un ensemble de solutions de mobilité ou d’immobilité, mais également de réorganisation des entreprises et des ménages.

[Lire la suite…]

Quand la chaîne logistique devient transparente …

"Nous pensons que les gens ont le droit de savoir d'où viennent les produits et de quoi ils sont faits". sourcemap.org est une plateforme pour chercher, optimiser et partager des informations. Dans la veine des outils collaboratifs créé par les citoyens pour les citoyens (voir ici), sourcemap.org exploite des bases de données d'émissions liées à la production d'un matériau ou au fonctionnement d'un mode de transport pour établir des bilans complets de la chaîne logistique, de la fabrication-recyclage-destruction d'un produit. Sourcemap est un projet libre du MIT lab, un blog permet d'apprendre à l'utiliser.

[Lire la suite…]