eau

Peut-on regarder l’avenir des carburants par le prisme de l’eau ?

Les liens eau-énergie se développent, s’étendent, se complexifient. Les usages de l’eau sont connus, et sa répartition à l’échelle du globe est inégale en quantité et surtout en qualité.

 

La France dispose environ de 2000 milliards de m3 d’eau en stock (nappes souterraines) et, chaque année, ce sont 33,5 milliards de m3 qui sont prélevés dans cette ressource (soit environ 1,6%) : 6 milliards pour l’eau potable (soit moins de 20% des prélèvements), 3,6 milliards pour l’industrie, 4,8 pour l’irrigation et 19,1 pour l’énergie. Une répartition qui varie selon les paysages économiques : prédominance de l’industrie pour certains, de l’agriculture pour d’autres, les usages de l’eau ne sont pas les mêmes d’un pays à l’autre (source ici).

 Eau2
Eau

De l’eau pour produire plus de carburant fossile, à partir de sources de plus en plus éloignées des produits finaux en terme de composés chimiques, et de caractéristiques physico-chimique. C’est le cas des sables bitumineux du Canada (voir ici). Ce dernier demande entre 2 et 4 m3 d’eau par m3 de pétrole dont 0.2 m3 d’eau « neuve ».

 

[Lire la suite…]