Mutations ? Airbus Ventures, Local Motors, Uber et Amazon China Freight

La semaine dernière, plusieurs annonces illustrent des alliances jugées autrefois improbables. Elles ne sont pourtant que le reflet visible des mutations plus profondes qui opèrent. Airbus par le biais de son fond Airbus Venture A3 doté de 150 M$ investit dans une entreprise Américaine qui produit des véhicules : Local Motors et vient de lancer un concours Cargo Drone. Airbus Venture annonce également un partenariat avec Uber pour du transport à la demande par … hélicoptère. Amazon China vient de devenir opérateur de transport maritime de marchandises. Comment et pourquoi un vendeur de livre ou un site de e-commerce en arrive là ? Pourquoi Airbus, qui cherche à accompagner les meilleurs entrepreneurs de l’aerospace ecosystem, investit dans un fabricant de voiture (qui n’en vend aucune) ?

A3 s’intéresse au concept de micro-factory que Local Motors développe notamment en Allemagne. Produire localement à la demande des composants, puis des véhicules. Fonctionner de façon décentralisée, en réseau (lire Ré-inventons les organisations). Des concepts pour certains, une réalité industrielle pour d’autres. Airbus ne s’intéresse pas aux voitures mais aux nouveaux processus de conception et réalisation mis en oeuvre pour produire des objets relativement complexes avec le minimum de structure centrale. Si d’autres acteurs industriels sont intéressés, sachez que FranceCraft et Ampool s’engagent aussi dans cette voie. Et si l’aerospace ecosystem était en avance sur celui des constructeurs automobiles ?

rallySplashforge

[Lire la suite…]

VW ou le beau, le bon et le vrai

VW a donc conçu et réalisé un dispositif technique permettant de détecter les conditions d’un cycle d’homologation pour couper volontairement les systèmes de dépollution en dehors de ce cycle conduisant à des sur-émissions de NOx. VW a fait cela notamment pour afficher des consommations de carburant réduites car cette performance est visible par le consommateur. En faisant cela, les émissions polluantes (NOx notamment) augmentent en utilisation réelle. Mais cela n’est pas visible directement par l’utilisateur. Les questions qui émergent : « Comment en sommes-nous arriver là ? Quelle est la prochaine étape ?».

Pour s’en sortir, il n’y a qu’une solution : aller là où personne n’est jamais allé et devenir totalement transparent.

[Lire la suite…]

New Mobility World, les Allemands en force

Dans le cadre du salon automobile de Frankfurt IAA (19-27/09), New Mobility World rassemble les principaux acteurs dominants du domaine automobile et numérique. Ce salon dans le salon aborde les sujets majeurs : mobility as a service, e-mobility, urban mobility, connected car et automated driving. Un « startup zone » est également aménagé avec des démonstrations de véhicules et prototypes.

New solutions are called for and affect everyone. Because the challenges for the personal transport of tomorrow have grown substantially and become much more complex. Connectivity is the promise and the task. Connectivity in the sense of the “connected car” that is permanently online and app-enabled. But also connectivity in the shape of optimum interconnection of different forms of transport, drive systems and conventional and innovative transport concepts. Because it is obvious that no one means of transport on its own will be capable of handling the growing volume of traffic – especially in towns and cities.

NMW

[Lire la suite…]

Puis viendra l’ubérisation d’Uber (1/2)

[Cet article a été rédigé avec Marc Tirel, auteur de Voyages en Emergence]

Plusieurs fois annoncés en déclin, la Silicon Valley et les Etats-Unis imprègnent de nouveau un modèle au monde : “la plateforme monopole”. Après les “big companies” de l’énergie, de la finance ou de la production industrielle, se développent de nouveaux monopoles. Avec raison, Evgeny Morozov soulève quelques questions essentielles quant à cette idéologie. Mais quel pays au monde a financé sur des budgets publics les deux piliers des mutations que nous observons : le GPS et l’internet. S’agit-il d’un juste et simple retour sur investissement ?

Pourtant depuis des années, au coeur du numérique se forge une autre vision du monde. Utilisant les mêmes technologies, Linux n’est pas né aux USA, Open Street Map n’est pas né aux USA, Bitcoin et le blockchain non plus. Pourtant aucun Etat n’incarne, n’abrite, ne protège, ne développe une des principales alternatives aux monopoles : les réseaux distribués. Et si l’Europe redevenait une terre de prophétie, de rêve pour l’humanité ? Nous avons tous les talents, toute l’histoire et toutes les raisons pour faire de l’Europe la terre de l’ouverture et des communs.

blockchain

 

Euro Banking Association Report, Cryptotechnologies a major IT innovation and catalyst for change (link below)

[Lire la suite…]

Bang !

Passer le mur du son, comme le prévoit l’hyperloop et bang ! Elon Musk ne ralentit pas, il poursuit simplement son idée : changer le monde.

Un peu occupé avec Tesla, Solar city, la gigafactory et récemment powerwall, SpaceX, Elon Musk lance maintenant des idées de projet en documentant la base (un fichier pdf de 57 pages), en lançant un tweet:

[Lire la suite…]

Le pair, le réseau, le blockchain et le désir mimétique

Blablacar publiait récemment une étude montrant que le covoiturage conduit à des pratiques de conduite moins accidentogène qu'en étant seul dans sa voiture. Ce constat est vrai dans de nombreux domaines : par exemple, l'alimentation diffère entre les personnes qui mangent seules et celles qui mangent en groupe. L'autosurveillance de soi est modifié sous le regard des autres. En conséquence, la mise en réseau, favorisant la rencontre, comme le partage de biens et de services créent les conditions favorables à des changements de comportement individuel. Ce triptyque – Soi, objet désiré, médiateur – n'est pas nouveau, c'est la thèse centrale de René Girard sur le désir mimétique comme socle de nos sociétés.

Soit nous prenons conscience que nous "consommons" avant tout pour mimer l'autre, pour lui ressembler tout en pensant être différent, sans être attirer par l'objet du désir et nous "changeons de niveau"; soit nous continuons à rester prisonnier de notre désir mimétique et les "nouvelles" économies n'apporteront quasiment rien. Pour "changer de niveau", il faut d'abord avoir conscience du désir mimétique. Et là, arrive le blockchain …

[Lire la suite…]

De l’auto aux mobilités en 1 graphique

Concernant la mutation de l'offre, tout est ,  le passage de l'objet aux services, la robotisation, l'économie collaborative. On comptait des nombres de voitures,  on déterminera les futurs leaders aux flux de km gérés. Il faudra toujours des voitures mais des plateformes mondiales se seront interfacées pour maîtriser la totalité de l’expérience vécue. Plusieurs Métanotes (l'avenir de l'auto, la révolution numérique, la chimère) décrivent ces mutations.

Certaines cases se déploient à un niveau de complexité supérieur pour les organisations qui ambitionnent de s'y déployer. En même temps, ce schéma intègre également une mutation de la demande, des pratiques, de l'image de soi que l'on construit à travers le mode de transport que l'on choisit (rappel : changer de façon de se déplaçer est un bouleversement intégral). Là aussi, d'autres cases induisent un niveau de conscience supérieur de l'individu.

En quelques années, nous avons vu arrivé de nouveaux acteurs, à peine adolescents ils bousculent déjà des filières. Qui sera capable de hisser le niveau de complexité ?

[Lire la suite…]

Elon Musk veut accélérer le temps pour ses cybercars

La voiture autonome, la Chimère (lire la MétaNote N°20), incarne la finalité de la transition numérique dans le domaine automobile. En supprimant le lien entre l'homme et la machine, la chimère n'est plus une voiture, sauf pour quelques constructeurs Premium, mais à la fois, un taxi, un bus, une voiture partagée. Le mot "voiture" devant autonome verrouille nos imaginaires. Pour les acteurs de la filière, la chimère ne sera pas là avant plusieurs dizaines d'années et de nombreux verrous réglementaires existent (lire cet article). Nous en sommes à la phase 2 sur 5 des phases du déni récemment décrits par Nicolas Colin :

1 -1Iq_0CszFeiGjfZGys8-g

Dans un échange entre Bill Gates et Elon Musk (vidéo ci dessous), ce dernier évoque une piste pour amener des véhicules sans conducteur sur les routes (allez à 48min56s). Les verrous ne sont pas techniques, et 5 ans séparent Tesla d'une version techniquement validée. Par contre, les autorisations réglementaires vont nécessiter plus de temps et Elon Musk propose dès maintenant d'équiper les voitures qui circulent d'intelligence artificielle.

Son objectif est simple, accélérer le temps…

[Lire la suite…]

Les données Transports, levier de nos créations

Le rapport sur l'Ouverture des données Transports présidé par Francis Jutand était remis hier au Ministre des Transports, M.Vidalies. Le rapport est disponible par ce lien, et la soirée suivie par @15marches via ce storify. L'ouverture des données était au rendez vous !

Les échanges soulignent le rôle central de la donnée à la fois d'un point de vue technique, pour faire système, d'un point de vue des usages, pour simplifier la mobilité, mais également d'un point de vue des positions, chacun voulant garder le lien avec l'usager. Ce sujet est régulièrement abordé sur ce blog (Données et Automobile, MétaNote 7, Données et Assurances). Par exemple, pour gagner la bataille du contact, du premier clic ou de l'interface principale, Google noue des partenariats et enrichit l'application centrale Google Now.

Lors de la présentation du rapport, ces tensions ont été perceptibles, quelques fois exprimées. Elles vont s'amplifier et se déformer car nous ne sommes qu'au début des mutations.

[Lire la suite…]

La Fabrique des Mobilités s’éveille

Présentée au NUMA dans ces principes au NUMA le 22 Janvier, La Fabrique des Mobilités est un nouveau dispositif de soutien à l'innovation. Centré sur les entrepreneurs, notamment les start-ups, ce dispositif vise à compléter les solutions de financement, d'incubation et d'accélération existants. Il contient :

  • une Plateforme organisée et structurée de ressources permettant aux entrepreneurs de gagner du temps et d'accéder aux marchés,
  • un Réseau structuré de compétences, de contacts dans tous les domaines clés,
  • des Territoires éveillés et ouverts, mettant à disposition leurs ressources digitales et physiques pour itérer un produit/service, ainsi qu'un accompagnement personnalisé des start-ups,
  • des Communs capitalisés à chaque projet, permettant d'augmenter l'attractivité de la Fabrique : données ouvertes, codes sources, retours d'expériences sur les échecs et les réussites, modules de formation.

Fabmob-dispositif

En résumé, la Fabrique des Mobilités n’est pas dispositif traditionnel pour soutenir l’innovation. Pour ne pas reproduire les livrables existants, la Fabrique des Mobilités vise à produire des innovations de rupture sans assurer de soutien financier, mais en apportant des ressources organisées aux entrepreneurs. La Fabrique est ainsi le premier dispositif dédié à une filière industrielle en mutation. La capitalisation des externalités positives générées par l’activité des entrepreneurs utilisant les ressources de la Fabrique permettra de générer des Communs. Ces Communs augmenteront à leur tour l’attractivité et la performance de la Fabrique.

 

[Lire la suite…]