Données privées et Automobile

Le numérique ne fait pas que résoudre d'anciens problèmes, il en crée de nouveaux. Plus complexes, plus transversaux. Une fois numérique, l'automobile produit des données, beaucoup de données. D'abord utilisées uniquement "à bord", en boucle fermée, les données ont été produites et utilisées par des actionneurs, pour des questions de sécurité (ABS et autre), de pilotage du moteur et des systèmes de post-traitement, de confort. Jusqu'à présent, l'automobile et son conducteur auto-produisent des données qui sont directement utilisées par l'automobile pour fonctionner. Demain, le duo "auto-conducteur" vont produire des données géolocalisées qui vont "sortir" de l'automobile. Le duo auto-conducteur devient un geyser de données multiples, hétérogènes, contextualisées, extrêmement riches.

Se posent alors plusieurs questions : à qui appartiennent ces données ? quelles données ? pour combien de temps ? et après anonymisation ? qui seront les prochains "Lords of the cloud" (cher à Jaron Lanier) qui exploiteront ces geysers ?

Et si se préparait là la principale zone de combat entre les constructeurs et les GAFA ?

Voit_connectée

Google image "voiture connectée"

L'Alliance des constructeurs américains, regroupant de nombreux acteurs mondiaux, vient de produire une synthèse concernant "Consumer Privacy, Protection Principles" (article accessible également en bas de l'article). Ce document décrit les principales données, leur statut, leur propriété et surtout ce que les constructeurs groupés envisagent de proposer aux clients qui utilisent des technologies et services s'appuyant sur des données :"The Alliance, Global Automakers, and their members understand that consumers want to know how these vehicle technologies and services can deliver benefits to them while respecting their privacy."

Ce document concerne : "1) Identifiable Information that vehicles collect, generate, record, or store in an electronic form that is retrieved from the vehicles by or on behalf of a Participating Member in connection with Vehicle Technologies and Services; or 2) Personal Subscription Information provided by individuals subscribing or registering for Vehicle Technologies and Services.".

Les fondamentaux proposés sont :

  • Transparency: Participating Members commit to providing Owners and Registered Users with ready access to clear, meaningful notices about the Participating Member’s collection, use, and sharing of Covered Information.
  • Choice: Participating Members commit to offering Owners and Registered Users with certain choices regarding the collection, use, and sharing of Covered Information.
  • Respect for Context: Participating Members commit to using and sharing Covered Information in ways that are consistent with the context in which the Covered Information was collected, taking account of the likely impact on Owners and Registered Users.
  • Data Minimization, De-Identification & Retention: Participating Members commit to collecting Covered Information only as needed for legitimate business purposes. Participating Members commit to retaining Covered Information no longer than they determine necessary for legitimate business purposes.
  • Data Security: Participating Members commit to implementing reasonable measures to protect Covered Information against loss and unauthorized access or use.
  • Integrity & Access: Participating Members commit to implementing reasonable measures to maintain the accuracy of Covered Information and commit to giving Owners and Registered Users reasonable means to review and correct Personal Subscription Information.
  • Accountability: Participating Members commit to taking reasonable steps to ensure that they and other entities that receive Covered Information adhere to the Principles.

Les constructeurs signataires s'engagent d'appliquer ces principes pour les nouveaux modèles commercialisés à partir de 2017. D'autres acteurs, les "third-party service providers", pourront également utilisés ces données pour fournir des services, en adhérant à ces principes. Le document commence à détailler ces principes (p8), montrant déjà les limites : Il sera demandé au conducteur l'acceptation pour accéder aux données sauf si la géolocalisation, les informations d'usage et de conduite sont nécessaire pour :

  • as reasonably necessary to protect the safety, property, or rights of Participating Members, Owners, Registered Users, drivers, passengers, or others (this includes sharing information with
    emergency service providers);
  • only for safety, operations, compliance, or warranty purposes;
  • for internal research or product development;
  • as reasonably necessary to facilitate a corporate merger, acquisition, or sale involving a Participating Member’s business;
  • as reasonably necessary to comply with a lawful government request, regulatory requirement, legal order, or similar obligation, which, in the case of requests or demands from governmental entities for Geolocation Information, must be in the form of a warrant or court order, absent exigent circumstances or applicable statutory authority; and
  • to assist in the location or recovery of a vehicle reasonably identified as stolen.

Pour le moment, rien n'est dit sur la position prise par les équipementiers comme Bosch, par Google et Apple qui ont déjà pris pied à bord de certains constructeurs, par les sociétés d'assurance avec les boitiers "Pay As You Drive" rajoutés dans le véhicule.

Cette approche de la donnée révèle avant tout une posture, celle d'une filière hiérarchisée, avec des constructeurs qui commandent et des sous-traitants. Le client, devenu co-producteur de richesses, est toujours considéré comme un client et non un partenaire. Le constructeur continue de penser qu'il pourra prendre les meilleure décisions, qu'il pourra faire le meilleur usage des données, dans un environnement complexe. Pour ces constructeurs regroupés, le client sera un peu informé, un peu rassuré et finalement c'est déjà beaucoup.

En agissant ainsi, s'ouvre de plus en plus des espaces pour l'innovation, pour venir remplir les vides entre ces approches fermées et descendantes, et les besoins des citoyens et territoires pour améliorer les mobilités quotidiennes. L'automobile connectée ne résoudra pas seule l'équation complexe des mobilités quotidiennes dont l'expérience est de moins de moins satisfaisante sur tous les critères.

En agissant ainsi, les constructeurs légitiment l'arrivée de nouveaux entrants qui ne cherchent pas à ajouter du numérique à l'automobile mais à penser l'auto-mobilité à l'ère du numérique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *