Co-créer une automobile, pour l'instant cela ne sert à rien mais demain …

Dans la suite de l'article sur le peer-to-peer, un exemple d'outils, de réseau, d'écosystème permettant de co-concevoir un véhicule complet. Le projet c'mm'n (pour common) vient également de cette voie. Le véhicule est alors produit dans des micro-usines (localement), réparable, modifiable, adaptable. Ainsi, par exemple, le DARPA a reçu plus de 30000 contributions pour un véhicule dont le cahier des charges était ouvert à tout le monde (voir ici). Le principe général est détaillé dans cette vidéo :

Bien sûr, ces véhicules ne sont pas aux "standards", ne seraient pas commercialisables, n'intéressent que quelques passionnés. Et demain ? Et si nous étions de plus en plus contraints à se ré-approprier nos systèmes, nos technologies, donc nos modes de transports ? Dans le monde qui vient, ne peut-on pas y voir une opportunité ?

Comme l'indique Michel Bauwens, un des théoriciens du peer-to-peer dans un article de Greensiders:

"Lorsque l'ère de l'énergie bon marché se terminera. Nous arriverons alors à relocaliser la production avec du capital redistribué ( »crowdsourcing », etc.), les outils de production seront plus miniaturisés (multimachine, FabLabs, imprimante 3D) et le tout sera basé sur des « communs d'innovation partagée ».

Le déploiement des réseaux P2P conduit à une « horizontalisation » de la société : à l'inverse des institutions verticales qui prédominent dans nos organisations actuelles, cette philosophie économique et civilisationnelle tend à rééquilibrer nos échelles de valeurs. Au final, les petites connaissances seront mises à une échelle plus globale, et l'ensemble de la société passera d'une logique de centralisation à une logique de coordination mutuelle.

Cela fait quinze ans que les choses se redistribuent avec Internet. Le changement social s'accélère, nous sommes dans une phase d'émergence."

Ces nouveaux moyens, outils et réseaux pourraient s'appliquer également à la couche supérieure, celles des services de mobilité qui pourraient naître en exploitant différemment nos véhicules, et en concevant d''autres types de véhicules. Cette transition en cours aura des conséquences dans tous les domaines: l'éducation, la formation, la notion même de travail, et l'entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *