Quand la chaîne logistique devient transparente …

"Nous pensons que les gens ont le droit de savoir d'où viennent les produits et de quoi ils sont faits". sourcemap.org est une plateforme pour chercher, optimiser et partager des informations. Dans la veine des outils collaboratifs créé par les citoyens pour les citoyens (voir ici), sourcemap.org exploite des bases de données d'émissions liées à la production d'un matériau ou au fonctionnement d'un mode de transport pour établir des bilans complets de la chaîne logistique, de la fabrication-recyclage-destruction d'un produit. Sourcemap est un projet libre du MIT lab, un blog permet d'apprendre à l'utiliser.

Jusqu'à présent géré par des expert, ce sujet s'ouvre maintenant aux citoyens. Cet outil simple et complet permet de gérer la complexité d'une chaîne logistique et de construire collectivemment des bilans par produit ou service. La puissance des outils collaboratifs vient de l'intelligence collective disponible, des échanges et partages réalisés. Les exemples de wikipédia ou openstreetmap montrent la qualité des résultats.

Ces éléments co-construits collectivemment seront ensuite utilisés par les consommateurs au moment de leur acte d'achat grâce au développement de l'internet et d'applications dédiées à l'aide au choix du consommateur. L'utilisation de données "neutres" sera indispensable, d'où l'intérêt des approches collaboratives. Une journée est dédiée à ce sujet (voir également MétaNote sur le sujet) :

Qui consulte vraiment la notice de composition des produits? Ecrite en caractères lilliputiens dans un jargon souvent hermétique, elle se cache par surplus dans les coins improbables des emballages. Tout bientôt, ces produits parleront au grand jour, simplement, clairement. Via le portable ou le smartphone, le T-Shirt dira d'où il vient, comment il a été produit, dans quelles conditions de travail, par qui et avec quel coton. Il deviendra très simple de savoir si telle céréale ou telle crèpe contient ou non du gluten ou du lactose.
"Tout bientôt", ça veut dire 2011. Seuls des problèmes d'unification de normes techniques pourraient retarder un peu la flambée. Comment les industriels appréhendent-ils l'exigence de transparence des consommateurs? Comment s'adapteront-ils? La journée du 28 janvier tentera de répondre à ces questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *