Véhicule Electrique + carbox = Citroën Business Connected

Après le business PASS (voir ici), Développée par Citroën Business France en partenariat avec CARBOX, elle permet aux entreprises et aux collectivités de disposer de Citroën C-ZERO en autopartage et ainsi d'intégrer des voitures électriques dans leur flotte.

Le bilan économique du VE "s'améliore" si le véhicule est utilisé au maximum. Il s'agit donc d'optimiser son usage. La possession est d'une certaine façon un frein à cet optimisation. Il est alors naturel de passer à un partage de l'objet nécessitant une gestion performante de sa disponibilité, de son état de charge et de sa maintenance. CARBOX devient l'interface utilisateurs / entreprises, constructeurs. D'autres, comme General Electric (voir ici), sont en train de développer la totalité des outils permettant d'optimiser l'usage tout en maximisant les profits : gestion du parc, gestion de la maintenance, du financement, gestion de la charge et même gestion des réseaux électriques …

Cette offre regroupe les services et outils propres à l'autopartage, soit la gestion externalisée du parc comprenant l'assurance, l'entretien et le nettoyage ainsi que l'interface de réservation, l'ouverture des voitures par badge, ainsi que les services spécifiques liés aux voitures électriques comme l’accompagnement dans la mise en place des infrastructures de recharge ou le suivi à distance de la charge de la batterie. Ce dernier est indispensable pour s'assurer que la voiture a bien été rechargée entre deux utilisations ou que le niveau de charge est suffisant pour la prochaine réservation.

"Cette nouvelle offre permet d'apporter une réponse sur mesure et clé en main, aux entreprises qui souhaitent réduire les émissions de CO2 de leur parc automobile tout en répondant aux besoins de mobilité de leurs collaborateurs" précise Simon Rivier, Responsable Marketing de Citroën Business France.

Vers des pools de véhicules électriques

"Le coût d’un véhicule électrique devient compétitif dès lors que son utilisation est élevé. Les entreprises et collectivités sont donc demandeuses d’outils d’optimisation de leur rotation, et donc de partage", explique la marque. Ce mode de déplacement adapté aux trajets courts et urbains solutionne les questions liées à l’autonomie et à la recharge puisque ces informations remontent dans l’outil de gestion embarqué de Carbox. "Nos clients* sont demandeurs de solutions de mobilité articulées autour du véhicule électrique. Leur souhait est de mettre en place des pools de véhicules électriques, et d’inciter leurs collaborateurs à effectuer leurs déplacements de courte distance au volant de ces véhicules", commente Benoît Chatelier, dirigeant de Carbox qui a signé un contrat récemment avec le loueur longue durée Arval.

A propos de CARBOX: Créée en 2007 par Benoît Chatelier et Alexandre Crosby, CARBOX est le pionnier de l'autopartage B2B en France. Leader sur ce marché, CARBOX propose une offre de voitures en libre service privative et sur-mesure, à destination des entreprises et des collectivités. Grâce à une solution technologique développée spécifiquement pour les besoins de ce marché, CARBOX peut gérer les véhicules à distance (planning de réservation, accès par badge, opérations d'entretien et de nettoyage), informer le client sur l'état et les utilisations de sa flotte (reporting en ligne, indicateurs qualité…), et ainsi proposer la première offre d'autopartage, électrique et thermique, 100% automatisée et externalisée.
Cette offre originale et simple d'utilisation a déjà séduit de nombreux grands comptes tels que : l'Oréal, ERDF, Airbus, Sodexo, SILIC, le CEA, la Société Générale … La valeur ajoutée du service est triple : une meilleure gestion de la mobilité des collaborateurs en entreprise, à moindre coût et à forte valeur ajoutée environnementale.

Cette première version de service de véhicule électrique va se développer, nécessitant pour réduire les coûts d'augmenter le nombre de véhicule suivis et gérés. Cette gestion va naturellement s'étendre aux véhicules traditionnels thermiques, permettant d'optimiser les flottes. Puis les opérateurs demanderont aux constructeurs et aux fournisseurs d'énergies d'avoir accès à toutes les données permettant d'optimiser les gestions (des véhicules, des charges énergétiques…). Certains y auront accès naturellement (comme General Electric), d'autres créeront des partenariats, d'autres enfin accéderont aux données sans l'aide des constructeurs créant une brèche sans précédent, occasion unique de réduire l'asymétrie d'information entre les constructeurs et les consommateurs.

Des acteurs, comme les assurances, demanderont également d'accéder à ces informations, et les utiliseront également ces données pour couvrir leurs risques, nécessitant des compétences multidomaines. Ainsi, par exemple, les assureurs devront développer des connaissances sur l'endommagement des batteries et les usages après le véhicule, pour pouvoir assurer les risques, la durée de vie des batteries, leur deuxième vie. L'accès et la gestion de ces données deviendront stratégiques car elles seules permettront d'optimiser les usages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *