« Complete Mobility », vers un indicateur global de la performance

Financée par Siemens, cette étude, réalisée par MRC Mc Lean Hazel, a développé une méthode et un indicateur global permettant de caractériser la mobilité en tant que système complet (résumé, étude complète). Après une présentation de cette étude et des principaux résultats, deux questions se posent :

· Pourquoi développer un indicateur global des mobilités (personnes et marchandises) ?

· Qui a intérêt, qui n’a pas intérêt à avoir un indicateur ?

 

La « Complete Mobility » représente le système complet d’objets (véhicules, énergies, infrastructures, informations), de services associés disponibles (ou pas) aux citoyens pour leur permettre de se déplacer pour, à minima, travailler, s’instruire, se soigner, rencontrer les autres. Ce système peut être plus ou moins développé en terme d’offre et de maîtrise de la demande, plus ou moins adapté aux besoins réels des citoyens, plus ou moins disponible à tous, plus ou moins performant d’un point de vue énergétique et environnemental. Il n’existe pas à ce jour d’indicateurs globaux orientés vers le citoyen ou vers l’autorité publique.

L’étude propose 11 indicateurs, des notes par indicateurs, un score global, des indicateurs en fonction des utilisateurs :

Indicateurs

Indicators 
 

Note pour un critère (ici l’infrastructure routière)

Score 

 

Score global pour Vienne

Score vienne 

  

Indicateurs pour le citoyen ou pour un bilan énergétique

Compar_score 
&#01
60;
 

La qualité et la performance du système global pourraient donc avoir les objectifs d’efficacité, de durabilité, d’orienté vers l’utilisateur et sans « couture ». Ces objectifs se traduisent pour le cas de Vienne par une approché intégrée, des engagements vers les utilisateurs, une gestion de l’espace public, l’utilisation des TIC permettant un management proactif du système, ce qui renvoie à la nécessaire évolution des autorités des transports.

 Trends 

Il semble évident qu’à court terme, plusieurs projets européens se montent sur ce sujet, nous aurons à notre disposition un outil dédié à la mobilité permettant une caractérisation locale, orientée vers le citoyen, permettant à la fois de rendre compte d’actions publiques, de justifier de choix et d’afficher des bilans. Est-ce que pour autant, tout le monde a intérêt à disposer d’un tel outil, de tels indicateurs ? Quelles seront les conséquences pour les acteurs ?

 

Certains acteurs industriels, dont Siemens qui a clairement identifié les besoins en investissement dans les grandes villes (voir ici), ont intérêt à créer un indicateur leur permettant de proposer des technologies et des services aux acteurs publics. Le citoyen et les entreprises, dont la fluidité des déplacements des marchandises et des salariés a un grand rôle dans la performance économique, n’ont, à priori, que des avantages à connaître, dans chaque ville, la qualité du système Mobilité.

 

Les plus grands changements auront lieux pour les acteurs publics à tous les niveaux (local, départemental, régional et national) et les opérateurs de transports. Ces derniers pourront être « jugés et comparés » en terme d’offre de façon quantitative (fréquence des véhicules, km de voirie pour les vélos, …), de façon qualitative (services, sécurité, …), en intégrant éventuellement les avis des citoyens.

 

Ces nouveaux outils devront être utilisés de façon positive pour partager les meilleures expériences, les meilleures gestions budgétaires pour la meilleure efficacité, pour identifier les points faibles, pour développer également un engagement citoyen.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *