EPA, agence américaine de l’Environnement, peut s’attaquer au CO2

L'Agence fédérale pour la protection de l'environnement (EPA), jusqu'à présent "limitée" à des actions sur les polluants, a annoncé qu'en accord avec une décision de la Cour suprême datant de 2007, elle considérerait désormais les émissions de gaz carbonique comme dangereuses pour la santé publique. «La loi de 2007 nous donne, non seulement le droit, mais l'obligation de légiférer pour écarter ce danger», a expliqué la directrice de l'EPA, Lisa Jackson. Une obligation d'action qui pourrait s'exercer au risque de circonvenir le Congrès, si celui-ci tarde à se prononcer sur la loi climat. «Le message au Congrès est clair comme du cristal, bougez», a commenté le sénateur démocrate John Kerry.

B.OBAMA engage donc via le Sommet de Copenhague un bras de fer avec le Congrès comme l’analyse très bien cet article : Pour l'équipe Obama, il s'agit de mettre les sénateurs sous pression, en montrant aux participants de Copenhague la résolution de l'Amérique. Les réactions indignées, qui fusent de la colline du Capitole, laissent toutefois penser que le président n'est pas au bout de ses peines. «La politique du bâton ne va pas marcher, le Congrès pourrait riposter», a prévenu un conseiller du sénateur Richard Lugar. La Maison-Blanche continue d'ailleurs de penser que le «meilleur moyen d'agir est d'obtenir une législation au Congrès», a expliqué le porte-parole présidentiel Robert Gibbs. «Une vraie bataille de pouvoir est en cours, note Thomas Kleine-Brockoff. Toute la question est de savoir quel rôle Copenhague y jouera. Si les États émergents s'investissent et qu'un consensus se dégage, le Congrès sera obligé d'en tenir compte.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *